Scandale de l’expérimentation animale dans l’automobile

Scandale de l'expérimentation animale dans l'automobile

Ils ont choisi d’enfermer des singes dans des boîtes en verre afin de les exposer à des gaz d’échappement tout en leur mettant des dessins animés. Ils ? Le groupe Volkswagen…

Ces pauvres petits macaques ont eu beau pousser des cris, gratter désespérement sur les parois pour essayer de sortir des caissons, l’expérience a continué, durant quatre heures (Lire notre article).

Ce scandale derrière le scandale est extrêmement préoccupant. Combien d’animaux risquent encore de souffrir dans la course commerciale effrénée de l’industrie automobile ?

One Voice exige plus que des excuses : un engagement de tous les constructeurs à ce que cela ne se reproduise plus jamais !

Je signe la pétition

Des chiens martyrisés

Des chiens martyrisés pour le loisir des humains ! Pétition de One Voice

Pendant 4 ans, One Voice a infiltré les clubs de dressage des chiens dits de défense. Ce monde est très fermé, et pour cause …

Les chiens y sont rendus fous de douleur et de peur. Découvrez l’intégralité de l’enquête.

Des chiens martyrisés

Combien de jeunes chiots sont retirés à leur mère pour subir une telle violence ? Combien de chiens survivent enfermés en continu dans des caisses de transport ? Ils n’en sortent que pour recevoir des coups !

Exigeons la fermeture des centres et l’interdiction de ces méthodes de dressage.

Signez et diffusez cette pétition.

Je signe la pétition

 

Pour l’étourdissement de tous les animaux

Les internautes se mobilisent pour rendre obligatoire l’étourdissement de tous les animaux. Pétition de l’association Stéphane Lamart

Association Stéphane Lamart

Les internautes se mobilisent

A l’initiative de Stéphane LAMART, président fondateur de l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’utilité publique et agissant sur un plan national, une pétition vient d’être lancée sur change.org pour demander que la France impose l’étourdissement de tous les animaux sans aucune exception.

L’association demande au Président de la République française, à Mesdames et Messieurs les élus et députés, l’abrogation de l’article de loi R 214-70 du Code rural, résultant de l’arrêté du 12 décembre 1997 et du décret du 28 décembre 2011 qui permet une exception à l’étourdissement des animaux, dès lors qu’il s’agit d’abattage rituel.

L’Association Stéphane LAMART, par la voix de son président, demande également que soit rendu obligatoire et sur un plan national, l’étourdissement de tous les animaux sans aucune exception, avant leur abattage. « Dans le cas où la France maintiendrait sa position, nous demanderons l’intervention de l’Union Européenne, afin que ce texte, enfin épuré de cette exception, soit rendu obligatoire et appliqué dans notre pays. »
De nombreux pays au sein de l’Union Européenne ou en dehors tels que la Norvège, l’Autriche, la Grèce, la Pologne, la Nouvelle Zélande, le Danemark, l’Islande, la Suisse, ou le Liechtenstein, ont déjà interdit cette pratique. Stéphane LAMART tient toutefois à être précis, afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté :

« Cette demande ne concerne que les conditions d’abattage des animaux. Je ne tiens absolument pas à engager ni polémique ni conflit avec telle ou telle religion. Notre seul but est que l’animal soit inconscient lors de sa mise à mort, afin de lui éviter tout stress et souffrances inutiles.»

Déjà en 2009, lors d’un sondage effectué par IFOP à la demande, entre autre, de l’Association Stéphane LAMART, 72 % des Français étaient opposés à l’abattage des animaux sans étourdissement. Cette histoire ne date pas d’hier mais Stéphane LAMART ne baisse pas les bras : « Mobiliser encore et encore, pour que le poids de notre sensibilité soit capable de changer le sort des animaux.

Je signe la pétition

 

La souffrance des poulets Doux

Une vie de misère pour les poulets. Enquête de L214

La souffrance des poulets Doux

Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part d’une nouvelle enquête que nous avons menée dans un élevage et un abattoir de poulets en Vendée.
Les images ont été tournées en janvier, février et mai 2017. L’abattoir, qui se trouve à Chantonnay, appartient au groupe Doux, connu notamment pour sa marque Père Dodu : on y tue 185 000 poulets par jour. L’élevage, sous contrat avec ce groupe, comprend deux bâtiments de 35 200 poulets chacun, entassés à plus de 29 par mètre carré.

Semaine après semaine, les caméras de L214 ont filmé leur croissance. En seulement 32 jours, boostés par un accélérateur de croissance, les poulets atteignent le poids de 1,4 kg, moment où ils sont envoyés à l’abattoir. Déformés, boiteux, déplumés, griffés, morts ou moribonds, les images sont sans appel quant à l’état général des oiseaux qui payent au prix fort ce mode de croissance rapide et forcé. À l’abattoir, les poulets sont suspendus vivants et conscients à la cadence folle de 240 poulets à la minute !

Video Christine Berrou

→ Voir la vidéo présentée par Christine Berrou

→ Voir notre reportage photos

→ Lire notre rapport d’enquête

Avec ces nouvelles images, il est certain que de nombreuses personnes vont prendre conscience d’une réalité à laquelle elles n’avaient sûrement pas beaucoup pensé jusqu’ici. Ce sera un premier pas vers une réflexion plus large sur la place que nous accordons aux animaux dans notre société et sur la nécessaire remise en cause de nos modes d’alimentation absolument destructeurs. Aujourd’hui en France, la consommation de viande de poulet est la seule qui continue d’augmenter. 800 millions de poulets sont tués chaque année et l’élevage intensif est le mode majoritaire, il concerne les trois-quarts des poulets.

Nous comptons sur vous pour faire entendre votre révolte à ceux qui ont le pouvoir de stopper ces groupes agroalimentaires qui ne cherchent qu’à maximiser leurs profits et considèrent les animaux comme des protéines sur pattes. Le gouvernement a convoqué des États généraux de l’alimentation, une bonne occasion pour signer notre nouvelle pétition demandant au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et au ministre de la Transition écologique et solidaire de mettre fin à l’élevage à croissance rapide des poulets !

Je signe la pétition

Un grand merci. Mobilisons-nous pour rendre la liberté aux animaux !

Sébastien Arsac
Responsable des enquêtes

 

Etats Généraux de l’Alimentation

Etats Généraux de l’Alimentation, faites-vous entendre ! avec Welfarm

Etats Généraux de l'Alimentation

WELFARM, qui y participe, entend bien porter la voix des animaux et des consommateurs qui sont de plus en plus nombreux à plébisciter des produits respectueux du vivant. Vous êtes en effet plus de 60% à faire de l’accès au plein air des animaux une priorité pour l’élevage français !

Consultez nos propositions

Afin que ces Etats Généraux ne soient pas un nouveau rendez-vous raté pour les animaux, leur bien-être doit être au cœur des discussions. Il y a encore fort à faire lorsque l’on sait que plus de 80% des animaux élevés dans notre pays subissent des conditions de détention en élevage intensif ! Nous avons besoin de vous : aidez- nous à porter la voix des animaux d’élevage en participant à la consultation publique lancée par le gouvernement !

Je participe à la consultation publique

 

Hénaff, la souffrance en boîte

Hénaff, la souffrance en boîte. Enquête de L214

Lettre L214

Comme vous le savez peut-être, 95% des cochons en France naissent et grandissent dans des élevages intensifs. Avec l’aide du chanteur Arthur H, nous révélons aujourd’hui les conditions de vie des cochons dans les élevages qui approvisionnent Hénaff, célèbre marque de pâté.
Loin de l’image bucolique que la marque cherche à entretenir, les cochons vivent dans des conditions déplorables.

Vidéo Arthur H

Sans accès à l’extérieur, ces cochons passent leur vie sur un sol en béton. Les mères sont enfermées dans des cages exiguës dans lesquelles elles ne peuvent pas se retourner. Leurs petits subissent diverses mutilations pour tenter de les “adapter” à ces conditions concentrationnaires : coupe des queues, meulage des dents.

On y croise des animaux blessés, laissés sans soins, des cadavres de porcelets entassés, des cochons à l’agonie dans les couloirs…

Les images proviennent de deux élevages intensifs du Finistère qui “produisent” chaque année plusieurs milliers de cochons.

Publicité Hénaff

Avec les noms des éleveurs inscrits sur ses produits et de jolis montages montrant des cochons souriants ou libres dans les prés, la marque Hénaff entretient subtilement les représentations idéalisées des consommateurs…
Nous sommes près de 9 Français sur 10* à refuser que les cochons vivent dans ces conditions.
Alors, exigeons des dirigeants d’Hénaff l’arrêt de l’enfermement des cochons, des cages et des mutilations !

Je signe la pétition
Merci d’agir pour eux !
*sondage YouGov commandé par L214, du 9 et 10 mai 2017

 

Mettons fin au gazage des cochons

La longue et douloureuse asphyxie des cochons gazés au CO2. Enquête de L214

Mettons fin au gazage des cochons

En février dernier, comme vous vous en souvenez sûrement, nous avions dévoilé les multiples maltraitances des cochons à l’abattoir de Houdan. Aujourd’hui, grâce à une caméra placée à l’intérieur même d’une nacelle de gazage, nous pouvons montrer au grand public comment sont asphyxiés les cochons dans ce même abattoir.

Les images, difficilement soutenables, montrent que cette méthode d’étourdissement est systématiquement longue et douloureuse pour les animaux : réactions de fuite, hurlements, convulsions, détresse respiratoire…

Vidéo présentée par Guillaume Meurice

Ces images, comme vous vous en doutez, l’industrie de la viande préfèrerait que personne ne les voie. Pourtant, elles relèvent pleinement du droit à l’information des consommateurs.

Sébastien Arsac, co-fondateur de L214, et un autre militant de l’association, seront jugés lundi prochain par le tribunal correctionnel de Versailles. Interpellés par la gendarmerie en allant récupérer des caméras, ils sont poursuivis pour “atteinte à l’intimité de la vie privée de l’abattoir”…

En France, 6 abattoirs – dont celui de Leclerc dans les Côtes d’Armor, celui d’Alès où nous avons déjà enquêté, ou celui qui travaille pour Fleury Michon en Ille-et-Vilaine – pratiquent encore le gazage au CO2. Environ 4 millions de cochons subissent ainsi cette longue asphyxie chaque année en France.

On nous dit parfois que les cochons s’endorment avant d’être saignés. Après avoir vu cette vidéo, difficile d’évoquer encore cette belle image réconfortante… Les animaux vivent plutôt un cauchemar éveillé et ce sera leur dernière expérience avant de quitter le monde où ils n’auront vécu qu’une succession de souffrances et de frustrations .Les dispositifs de gazage au CO2 utilisés dans les abattoirs sont des machines infernales, au premier sens du terme. Nous devons les interdire au plus vite !

Face à ces conditions d’abattage intolérables, demandons au gouvernement l’arrêt immédiat de la pratique du gazage au CO2. Aidez-nous à mettre un terme à cette souffrance en signant la pétition. Un grand merci !

Je signe la pétition